VOUS AVEZ DIT « MODELE TURC » ?

Le modèle turc est assurément un drôle de modèle qui montre surtout que les journalistes et médias employant ce vocable sont singulièrement aveugles.
Actuellement, en Turquie, il y a au bas mot 3895 démocrates turcs et kurdes qui sont en prison. Jadis on les accusait de «communisme», désormais ils sont accusés d’«appartenance à un groupe terroriste armé», c’est le cas R. Zarakolu (risque 7.5 à 15 ans de prison), et de la sociologue B. Ersanli (risque 15 à 22.5 ans de prison).
Les autorités turques ont interdit plus de 22.600 livres en 60 ans, selon le ministre de l’Intérieur. Plus de 6.500 sites Internet bloqués en 2011.
Selon le dernier rapport de l’Association des droits de l’Homme (IHD), citant le Ministère de la Justice, et intitulé «l’institutionnalisation de l’État policier », 11.994 personnes ont fait l’objet des procès en 2010 pour : « propagande d’une organisation terroriste » dans le cadre de la loi anti-terroriste (TMK). Le Conseil supérieur de l’audiovisuel turc (RTÜK) a lancé 383 avertissements contre 500 médias, dont 480 chaines TV et 20 radios, ainsi qu’une amende de 89 TL et la suspension de 27 programmes. Selon la Plateforme de soutien aux journalistes emprisonnés (TGDP), 91 journalistes, en majorité des kurdes, dont 18 rédacteurs en chef et directeurs sont actuellement derrière les barreaux.
Etonnamment la Turquie autoriserait désormais l’enseignement de la langue kurde (considérée comme « dialecte local »), dans les écoles publiques. Il faut dire que le conflit a fait des dizaines de milliers de victimes, c’est probablement une tentative d’apaisement, mais encore faut-il voir comment se fera la mise en œuvre. Les kurdes qui sont de 12 à 15 millions en Turquie verraient-ils leurs droits culturels reconnus ? Au moins, on reconnaît leur identité, ils furent, pour ne pas prononcer le nom, des « turcs des montagnes ».
A Chypre, dans la partie occupée, l’AKP est à l’œuvre pour l’islamiser petit à petit. Le Premier Ministre turc met en œuvre ce qu’il a déclaré, à plusieurs reprises, y compris devant l’Assemblée, à savoir « former une jeunesse religieuse » en adéquation avec « les valeurs et principes de la nation turque». Les représentants du syndicat des enseignants chypriotes turcs du secondaire y voient une attaque plus générale contre l’identité culturelle et contre la structure sociale et économique de la communauté chypriote turque. Laïques et républicains protestent car ils pensent que l’Islam sunnite serait imposé afin de bloquer toute solution politique à l’occupation. Rappelons que cette occupation d’une partie d’un pays de l’UE par un candidat à l’entrée dans la Communauté est illégale. Paradoxe s’il en est !
Pour en terminer et montrer le « modèle » à l’ouvrage il y avait 20 000 Arméniens en 1915 à Malatya et 4 églises arméniennes. Ils ne seraient plus désormais que 60 s’affirmant comme tels et 150 « cachés ». Il est, en effet, risqué de s’y dire d’origine arménienne, des groupes nationalistes s’en sont pris aux chrétiens en 2010. Une des églises est transformée en mosquée, 2 sont en ruine et la dernière a complètement disparue. Les autorités municipales de Malatya ont, à nouveau, détruit une chapelle, qui avait été récemment construite, (puis reconstruite), dans le cimetière arménien et qui servait aussi de lieu de rassemblement pour les Arméniens de la ville.
Et nous acceptons de voir se construire des mosquées sur notre territoire sans aucune exigence de réciprocité… Si le sujet vous intéresse lisez C. Caldwell « Une révolution sous nos yeux », Ed. du Toucan, 2011.
G. Bossière, 14 juin 2012

Ce contenu a été publié dans BIENVENUE, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.