Histoire, par Gérard Bossiére.      2e partie
Dans   l’empire   russe   comme   dans   l’empire   ottoman   ce   sont   les   classes   aisées   et   dynamiques   qui   sont   les   instigateurs   de   la Renaissance   arménienne   (Veratzenoutioun).   En   1789   se   créé,   dans   la   cour   de   l’église   de   Koum   Kapou,   (Constantinople)   le   premier élément   d’un   réseau   scolaire      arménien   laïc   qui   tout   au   long   du   19ème   va   essaimer.   La   presse   qui   se   développe   va   véhiculer   les idées   de   démocratisation,   de   liberté,   pour   les   appliquer   aux   institutions   arméniennes,   mais   ce   n’est   pas   le   cas   dans   les   provinces orientales.      C’est   alors   que   s’élabore   la   Constitution   nationale   les   Tanzimat   ayant   établi   l’égalité   entre   musulmans   et   non- musulmans. A la fin du siècle les 250 000 arméniens de Constantinople constituent une « capitale » nationale.                            Les   Arméniens   se   trouvent   en   avance   culturelle   et   ne   supportent   plus,   en   particulier   dans   les   provinces   orientales,   les exactions   et   l’insécurité   des provinces,                     depuis l’indépendance   de   la   Grèce (1830)        les        populations chrétiennes          sont          en effervescence.    Le    traité    de San      Stéfano      (03/03/1878) vise   à   garantir   leur   sécurité sous    contrôle    russe.    Mais les      russes      vont      devoir évacuer   ce   qui   va   entraîner une    migration    importante des      arméniens      vers      le Caucase.   Pour   la   première fois         la         «         question arménienne   »   a   été   à   l’ordre du        jour        d’un        traité international.        Mais        les puissances         européennes vont     se     désintéresser     du problème    au    moment    Abdul      Hamid      considère que     l’Arménie     doit     être éliminée   par   peur   de   la   voir devenir             indépendante comme   la   Bulgarie.   A   cette époque    se    constituent    les terribles régiments de cavalerie kurde les hamidyé qui font régner la terreur.                                Face   aux   revendications   de   réformes   et   à   quelques   insurrections   paysannes   antikurdes   et   antifiscales   ce   sont   les   massacres systématiques   hamidiens   (1894-96)   :   200   000   à   300   000   morts,   100   000   réfugiés   en   Transcaucasie,   50   000   orphelins,   plus   rapts,   viols, conversions    forcées,    destructions    d’écoles,    d’église,    ruine    économique,    famine…    Les    puissances    occidentales    font    des    « protestations    énergiques    »    contre    la    politique    du    «    Grand    Saigneur    »!    Des    intellectuels    s’exilent    c’est    une    première    vague d’émigration.                                           26 août 1896 occupation de la Banque ottomane                         Le   mouvement   révolutionnaire   arménien   se   transfère   en   Russie   mais   les   écoles   seront   fermées   (1885),   les   activités   des   sociétés de   bienfaisance   limitée   (1900),   confiscation   des   biens   de   l’église   (1903)   ce   qui   va   entraîner   une   spirale   agression   répression.   Des pogroms   anti-   arméniens   se   produisent   à   Bakou   (février   1905),   la   première   révolution   russe   est   particulièrement   sanglante   au Caucase.   Le   Dachnackoutsioun,   en   1907   associe   défense   du   paysan   anatolien   et   celle   des   ouvriers   du   Caucase.   Il   fait   son   entrée dans la 2ème Internationale, c’est le premier parti de l’empire ottoman qui y soit admis.                         Depuis   longtemps   ils   étaient   en   relation   avec   les   «   Jeunes   Turcs   »   en   juillet   1908   lorsque   la   Constitution   de   1876   est   rétablie,   à l’initiative   des   membres   du   Comité   Union   et   Progrès   (CUP),   ce   sont   de   grandes   manifestations   de   fraternisation   dans   tout l’empire.   Les   Arméniens   auront   10   élus   sur   266   membres   à   la   première   Chambre   du   parlement   ottoman,   et   participent   au gouvernement.                         En   1909   les   massacres   d’Adana   (25   à   30   000   morts)   installent   un   climat   de   défiance   et   le   CUP   va   monopoliser   le   pouvoir tandis    qu’un    nationalisme    turc    élaboré    par    des    idéologues    turcs    et    des    Azéris    de    Bakou    va    progressivement    remplacer l’ottomanisme (état mosaïque égalitaire).                               Un   plan   d   ‘application   des   réformes   prévues   par   le   congrès   de   Berlin   (1878)   est   adopté   par   les   Puissance   le   1er   février   1914. La guerre va éclater peu après l’arrivée des deux inspecteurs chargés de la mise en place…
L’association des Français d’origine arménienne et de leurs amis dans le grand Ouest de la Bretagne aux pays de Loire
MZA V11.1
©menezarat.fr