Histoire, par Gérard Bossiére.      3e partie  
  Le Génocide                   La   guerre   éclate   le   28   juillet   1914,   les   dirigeants   turcs   signent   un   traité   secret   d’alliance   avec   l’Allemagne,   puis   suivent l’abrogation   des   capitulations   et   le   renvoi   des   inspecteurs.   Début   novembre   l’Empire   ottoman   entre   en   guerre   contre   la   France,   la Grande Bretagne ses créancières (Dette ottomane), et la Russie ennemie depuis la fin du 18ème .                      A   mi   novembre   le   Cheikh   ul-Islam   proclame   le   djihad   contre   les   Infidèles.   C’est   l’occasion   pour   le   CUP   et   trio   Talaat,   Enver   et Djémal   de   résoudre   la   «   Question   arménienne   ». Nous    n’allons    pas    reprendre    la    chronologie    du génocide    il    existe    de    nombreux    ouvrages    qui traitent   de   la   question   en   détail,   les   témoignages de   rares   survivants   sont   également   multiples.   Ils sont donnés, partiellement, en référence.                             Ce    qui    est    certain    c’est    qu’il    s’agit incontestablement    d’un    génocide    au    sens    de    R. LEMKIN     qui     a     défini     le     terme.     Dans     une déclaration   orale   (enregistrée)   il   dira   que   c’est   bien le premier Génocide du 20ème siècle.                                    En     1919-1920     la     cour     martiale     de Constantinople      va      condamner      à      mort      par contumace    (les    coupables    se    sont    enfuis    sur    le yacht     du     Consul     d’Allemagne)     les     dirigeants Unionistes.                      Entre   temps   un   gouvernement   nationaliste   s’était   constitué   à   Ankara   en   1919   sous   la   conduite   de   Mustapha   Kémal.   Il   décide de   réimposer   la   loi   turque   sur   l’Anatolie,   les   Arméniens   en   sont   les   premières   victimes   puis   les   Grecs,   les   Assyro-Chaldéens   et   les Syriaques.   Depuis   1923   la   République   kémaliste,   qui   a   prolongé   les   crimes   du   CUP,   et   en   a   récupéré   les   bénéfices,   a   toujours   nié   le Génocide.   Elle   s’est   bâtie   sur   le   mythe   d’une   nation   turque   unitaire   (pureté   du   sang),   en   prenant   de   larges   libertés   avec   l’Histoire. Il   s’agit   d’un   négationnisme   d’Etat   qui   est   désormais   dénoncé   aussi   par   certains   intellectuels   turcs,   d’autant   que   de   plus   en   plus de turcs prennent conscience que leur grand-mère était arménienne.
Quelques références parmi des milliers :                  Aharonian,   A.   Sur   les   chemins   de   la   liberté,   Ed.   Parenthèses,   2006.   L’auteur   a   été   en   1919   le   Président   du   parlement   de                                la premère République d’Arménie.         Akçam, T. :  Un acte Honteux. Le génocide arménien et la question de la responsabilité turque. Denoël, 2008.         Asso, A. : Le cantique des larmes. Arménie 1915 Paroles de rescapés du Génocide. La Table Ronde, 2005.        Attarian V. Le Génocide des Arméniens devant l’ONU, Ed Complexe, 1997.         Berdjouhi : Jours de Cendres à Istanbul. Ed. Parenthèses, 2004.            Dadrian, V. : Histoire du génocide arménien. Stock, 1996.            Hamelin, A. et Brun, JM :  La Mémoire retrouvée, Mercure de France, 1983.           Kouyoumdjian, B. & Siméone, C. : Deir-es-Zor. Sur les traces du génocide arménien de 1915. Actes Sud, 2005      Lepsius, J. :Archives du génocide des Arméniens recueillies et présentées par. Ed Fayard 1986.                    Livre   bleu   du   gouvernement   britannique   concernant   le   traitement   des   Arméniens   dans   l’Empire   ottoman   (1915-1916),                 Payot, 1987.                  Morgenthau,   H.      (Ambassadeur   des   Etats   unis   à   Constantinople   entre   1913-1916)   Mémoires   suivis   de   documents inédits de département        d’Etat. Flammarion, 1984.                     Racine,    JB    :    Le    génocide    des    Arméniens    Origine    et    permanence    du    crime    contre    l’humanité.    Dalloz,    2006.                                                              Stainville, R. : Pages de sang. Un prêtre français témoigne du massacre des Arméniens. Presses de la renaissance, 2007     Ternon, Y. : Les Arméniens histoire d’un génocide, Seuil 1977.           Ternon, Y. : Mardin, 1915. Anatomie pathologique d’une destruction. Rev. Hist. Contemp. Tome IV, N° spécial, 2002.
L’association des Français d’origine arménienne et de leurs amis dans le grand Ouest de la Bretagne aux pays de Loire
MZA V11.1
©menezarat.fr