Sauvetages.  par Georges Kevorkian *
           Avril, Mai 1911 L’empire    ottoman,    depuis    juillet    1908    est    aux    mains    des    “jeunes Turcs”   qui   ont   renversé   le   régime   du   sultan   Abdul   Hamid   (le   “grand saigneur”)   promettant   la   mise   en   œuvre   de   la   constitution   libérale   de 1878,    jamais    appliquée.    Des    troubles    éclatent    en        Cilicie    où    les nationalistes Turcs,   de   crainte   que   cette   constitution   leur   fasse   perdre leur      prééminence      vis-à-vis      des      autres      communautés      non musulmanes,   notamment   des   Arméniens   fortement   implantés   dans cette   province,   s’en   prennent   à   ces   derniers   qui   sont   ainsi   l’objet d’une   terrible   oppression.   Les   missions   chrétiennes   de   la   région   ne sont pas épargnées. Alertés,      les   pays   occidentaux   dépêchent   leurs   navires   de   guerre pour     aider,     secourir     leurs     ressortissants     et     les     communautés arméniennes.    La    France    n’est    pas    en    reste:    l’escadre    légère    de Méditerranée,   sous   les   ordres   du   contre-amiral   Pivet,   rallie   le   golfe d’Alexandrette.    On    assistera    alors    à    une    opération    d’ingérence d’humanité en territoire turc...          Septembre 1915. La   “grande   guerre”   a   éclaté   en   aout   1914   :   l’empire   Ottoman   s’est allié   aux   empires   allemand   et   austro-hongrois   pour   combattre   les pays de “l’entente” : Grande-Bretagne, Russie et France. La     troisième     escadre     de     la     flotte     de     combat     française     en Méditerranée,   sous   les   ordres   du   contre-amiral   Darrieux   qui   vient d’assurer    l’intérim    du    vice-amiral    Dartige    du    Fournet    appelé    à remplacer   le   vice-amiral   Boué   de   la   Peyrère   à   la   tète   de   l’armée navale,    surveille    les    cotes    syriennes    .    Le    gouvernement    turc    a décrété l’extermination de sa population arménienne. Des    villageois    arméniens    de    la    région    du    mont    Moïse    (moussa Dagh),   en   bordure   du   golfe   d’Alexandrette,   sont   acculés   sur   la   plage: leur    héroïsme    face    aux    soldats    turcs    ne    peut    tenir    encore    plus longtemps.   Les   marins   français   vont   sauver   ces   Arméniens   en   les recueillant   sur   leurs   navires   et   en   les   transportant   dans   des   camps   de réfugiés    à    Port-Saïd.    On    assistera    alors    à    une    opération    de sauvetage   de   quatre   mille   Arméniens,   remarquablement   organisée par la marine française...  Ci dessous :groupe de réfugiés arméniens entourés de marins de  l’équipage sur le pont.
Des photos supplémentaires ici Des photos supplémentaires ici
Nous recherchons des descendants des marins ayant participé au sauvetage des Arméniens du Moussa Dagh , merci de nous contacter
L’association des Français d’origine arménienne et de leurs amis dans le grand Ouest de la Bretagne aux pays de Loire
MZA V11.1
©menezarat.fr