Cultes , par Pascal Nicolaïdes.
                                                                                Après   la   période   des   dieux   païens   antiques   (Vahaak'n, Anahit...)   suit   le   Christianisme.   L'Arménie   devint   le   premier état   à   adopter   le   christianisme   comme   religion   officielle,   en   301,   soit   avant   l'adoption   du   christianisme   comme   religion d'état par l'Empire Romain sous Théodose en 380;                                                                            L'Église   arménienne   est   apostolique-   son   titre   officiel   est   "Église   arménienne   apostolique"   car   l'Arménie   aurait été évangélisée par Saints Thaddée et Barthélémy, martyrisés dans ce pays.                          La conversion du Roi Tridat III et de tout son peuple est l'œuvre de Saint Grégoire l'Illuminateur.                                                                            Sur   l'emplacement   des   Temples   païens   furent   bâties   les   premières   églises   de   type   basilical.   Les   Patriarches arméniens   furent   consacrés   à   Césarée   de   Cappadoce   (Kayséri,   Guéssaria).   Nèrcès   1er   le   Grand   fut   le   dernier   à   y recevoir   la   consécration.   Puis   pour   des   raisons   dogmatiques   et   politiques   (emprise   de   Byzance   sur   l'Arménie)   l'Église arménienne   devint   au   concile   de   Chalcédoine,   en   451,   autocéphale   (indépendante   )   comme   l'Église   Copte      et   l'Église Éthiopienne.                                                                         Rejetant   le   concile   de   Chalcédoine   (451)   qui   consacrait   l'orthodoxie   byzantine,   les Arméniens   considèrent   que les   trois   premiers   conciles:   Nicée   (325),   Constantinople   (381)   et   Ephèse   (431)   ont   formulé   l'essentiel   des   dogmes   du Christianisme.                                                                      Pour   l'   Église   Arménienne,   le   Christ   a   deux   natures,   humaine   et   divine,   minimisant   l'humanité   du   Christ,   sans l'ignorer.   C'est   pourquoi,   elle   fut   taxée   à   tort,   par   les   autres   églises   de   "Monophysisme",   alors   qu'elle   reconnait   les   deux natures mais fondue en une seule comme la flamme et la cire d'une même bougie...                                                                         En   451,   lors   même   de   la   tenue   de   ce   Concile   auquel   les   Arméniens   ne   participèrent   pas,   eut   lieu   la   Bataille d'Avaraïr   où   les   nobles,   les   prêtres   et   le   peuple   se   défendirent   jusqu'au   martyr   contre   les   Perses   Sassanides   qui prétendaient leur imposer le culte du Feu, le Mazdéisme ou Zoroastrisme.                                                                            La   défaite   eut   au   moins   un   effet   déterminant   pour   l'Arménie,   malgré   leur   écrasante   victoire   (il   avait   des éléphants) les Perses se retirèrent en laissant les vaincus pratiquer leur religion.                                                                                  L'Arménie,   ne   pouvait   donc   pas   rester   en   communion   avec   le   reste   de   l'Église,   occupée   qu'elle   était   à préserver   sa   foi.   L'Église   commémore   chaque   année   en   février,   ces   héros   (Vartanantz=   en   raison   du   Connétable Arménien Vartan Mamikonian qui conduisait l'armée arménienne).                                                                               L'invention   de   l'alphabet   arménien   vers   405   par   Saint   Mesrop   (Surp   Mesrop   Machdots)   vers   405   qui   traduisit   en caractères   arméniens,   le   premier   livre   en   arménien,-   La   Bible-   (dont   les   premiers   mots   écrits   en   arménien   furent   donc: "Au   début   était   le   Verbe'...Genèse)   donnera   naissance   au   V   ème   siècle   à   la   riche   littérature   arménienne-   on   appellera cette   période   le   "Siècle   d'or".   Jusqu'à   l'invention   de   l'alphabet   arménienne,   on   utilisait   le   Grec   et   le   Syriaque   dans   la liturgie- ce qui n'était pas pratique.                                                                                  La   traduction   de   la   Bible   se   poursuivit   par   celle   des   textes   des   Pères   de   L'Église.   Tous   les   ans   l'Église Apostolique Arménienne fête les Saints Traducteurs (Serpots Tachkmanchats).                                                                               Les   auteurs   anciens   européens   considérèrent   la   traduction   de   la   Bible   en   arménien   comme   la   "Reine   des traductions. En     arménien le nom de la Bible est "Asdvadzachounch" =souffle de Dieu.                                                                         Il   existe   en   dehors   de   l'Église   Apostolique   Arménienne,   des   Arméniens   catholiques   et   des   Arméniens évangéliques.                                                                                   
  Bibliographie sommaire pour :approfondir;  Claire Mouradian: l’Arménie” que sais-je n°851 PUF Paris 1995  L’église arménienne Mgr Malachia Omanian, Antalias, Liban 2eme édit 1954  Les Arméniens : histoire d’une chrétienté, collectif sous la direction de Gérard Dedeyan,  Privat, Toulouse 1990
ECOUTER UNE CELEBRATION APOSTOLIQUE : La messe d’Issy-les-Moulineaux,  célébrée par Monseigneur Norvan Zakarian, Archevêque des arméniens apostoliques de France. ECOUTER UNE CELEBRATION CATHOLIQUE : La messe en l’Eglise Saint-Nicolas de Nantes, célébrée par Monseigneur Grégoire Ghabroyan, Evêque des arméniens catholiques de France le 11 décembre 2011.  CONFERENCE : « Arménie : une église à la lisière des mondes » par le professeur Jean-Pierre Mahé à Nantes (10 décembre 2011),dans le cadre de l’exposition organisée par l’œuvre d’Orient « Arménie la foi des montagnes » (26 novembre au 18 décembre)  
L’association des Français d’origine arménienne et de leurs amis dans le grand Ouest de la Bretagne aux pays de Loire
MZA V11.1
©menezarat.fr