Un bel été, témoignage, par Gayané
                           Partir   à   l'aventure,   découvrir   le   pays   de   mes   ancêtres,   faire   de l'humanitaire...   Voilà   ce   qui   me   motivait   au   départ   pour   m'engager dans   une   mission   humanitaire   en Arménie.         Mais   j'ai   découvert   bien plus,   bien   plus   que   tout   ce   que   j'imaginais.   J'ai   rejoint   la   Diaspora Arménie   Connexion   (   la   DAC   )   en   postulant   par   internet,   et   ma candidature    a    été    retenue.    Dès    lors,    tout    s'est    enchaîné,        à commencer   par   le   week-end   d'intégration.   Le   but   était   de   passer deux    jours    dans    un    camping    en    banlieue    parisienne    pour    nous préparer   mentalement   aux   conditions   d'un   séjour   humanitaire,   nous permettre   de   mieux   cerner   notre   mission,   nous   faire   choisir   notre projet,    créer    des    liens    entre    les    différents    membres    qui    se rencontraient   pour   la   plupart   pour   la   première   fois...   On   avait   le   choix entre   deux   villages,   l'un   en Arménie,   l'autre   au   Karabakh.   J'ai   préféré aller   à   Metz   Taghlar,   au   Karabakh   aussi   étonnant   que   cela   puisse paraître        car    nous    avions    10    heures    de    trajet    en    mini    car    et j'imaginais    déjà    toutes    les    photos    que    je    pourrais    prendre    en traversant   ainsi   l'Arménie   toute   entière!   Ensuite,   nous   devions   nous répartir    en    deux    missions    :    l'une    avait    pour    but    de    creuser    une tranchée   pour   apporter   de   l'eau   en   plus   grande   quantité   au   village (en    collaboration    avec    le    Fonds    Arménien    de    France),    l'autre consistait   en   l'animation   d'un   centre   aéré   pour   des   enfants   vraiment   pauvres,   qui   n'avaient   pas   réellement   connu   de   vacances.   Etant à      l'époque   en   train   de   passer   mon   BAFA,   voulant   être   psychologue   pour   enfants   plus   tard   peut-être,   j'ai   logiquement   opté   pour   cette deuxième   mission.   Pendant   le   week-end   d'intégration,   nous   avons   aussi   découvert   l'esprit   de   la   DAC,   nous   avons   dansé,   mangé, chanté   à   l'arménienne...   J'ai   tout   de   suite   réalisé   à   quel   point   la   solidarité   est   importante   ici   :   alors   oui,   faire   partie   d'un   groupe   aussi génial,   pouvoir   compter   les   uns   sur   les   autres,   ça   donnait   déjà   envie   de   s'envoler   avec   eux   pour   l'Arménie.   Et   arrivé   là-   bas,   on rencontre   des   gens   inoubliables,   on   aide   des   enfants,   on   partage   des   instants   magiques,   on   découvre   un   pays   magnifique,   on s'entraide,   on   se   sent   utile.   Encore   aujourd'hui,   la   nostalgie   me   gagne   en   y   pensant   !   Sur   place,   nous   avons   rencontré   l'autre   partie du   groupe,   des Arméniens   d'Arménie   qui   voulaient   aider   leur   pays,   et   deux Anglaises   d'origine   arménienne.   Ce   mélange   des   cultures et   des   langues   était   très   enrichissant,   et   je   pense   avoir   progressé   en   anglais   ainsi   qu'avoir   appris   quelques   mots   d'arménien,   et beaucoup   de   choses   sur   la   culture,   le   mode   de   vie   là-bas!   Et   même   si   les   conditions   de   vie   n'étaient   pas   des   plus   faciles   au   départ,   je me   suis   rendu   compte   qu'on   s'adaptait   à   tout,   et   qu'on   y   prenait   même   goût   :   j'ai   adoré   prendre   ma   douche   derrière   une   modeste bâche   en   regardant   les   somptueuses   montagnes   tout   en   grimaçant   en   me   renversant   un   seau   d'eau   froide   sur   la   tête,   j'ai   fini   par   rire des   toilettes   sans   système   d'évacuation   et   du   feu   qu'on   devait   faire   pour   brûler   nos   papiers,   je   me   suis   habituée   à   dormir   par   terre. Parce   que   nous   étions   un   groupe,   soudé.   Par   contre,   quand   je   repense   aux   conditions   de   vie   des Arméniens   du   Karabakh,   j'ai   mal   au cœur.   Niveau   santé   surtout,   l'absence   d'hôpital   digne   de   ce   nom,   voire   même   de   dispensaire   avec   des   médicaments   m'a   beaucoup choquée.   Mais   eux   le   vivent   sans   doute   mieux   que   nous,   ils   s'y   sont   habitués.   Pendant   la   semaine,   nous   ouvrions   le   centre   aéré   de 9h   à   18h,   avec   2h   de   pause   le   midi.   Nous   organisions   des   activités   de   plein   air ainsi   que   des   séances   d'activités   manuelles   autour   du   thème   du   Voyage   autour   du Monde   ;   nous   avions   déjà   tout   préparé   en   France.   Nous   travaillions   souvent   en binôme   avec   un/une   Arménien/enne   pour   traduire   aux   enfants   le   plus   important, mais   parfois   nous   étions   seulement   deux   Françaises.   Et   aussi   étonnant   que   cela puisse    paraître,    avec    des    mimes    et    des    sourires,    on    peut    presque    tout    faire comprendre   aux   enfants   !   A   la   fin,   nous   les   avons   encadrés   pour   organiser   un grand   spectacle,   et   tous   les   parents   sont   venus.   Tout   le   monde   était   très   ému,   les mères   nous   serraient   dans   leurs   bras   pour   nous   remercier.   En   fin   d'après-midi nous   étions   parfois   invités   chez   les   habitants,   j'ai   adoré   cette   hospitalité,   cette gentillesse.   Lorsqu'on   se   promenait   dans   le   village,   les   gens   nous   offraient   le   pain qu'ils   venaient   de   cuire,   nous   invitaient,   nous   donnaient   des   fruits,   des   fleurs...   Par contre   le   soir,   on   sentait   bien   que   les   filles   étaient   moins   libres   de   sortir   que   les hommes   dans   le   village.   Mais   bien   entendu   dans   notre   groupe,   nous   étions   tous égaux.   Et   le   week-end,   nous   allions   visiter   des   églises   anciennes   (si   belles   qu'elles donnaient   des   frissons,   en   particulier   lorsqu'un   des   Arméniens   du   groupe   chantait des   chants   religieux   au   beau   milieu   du   silence),   nous   nous   baignions   dans   des cascades,   nous   découvrions   le   Karabakh...   Tout   ça   dans   une   super   ambiance! C'est   la   tête   remplie   de   souvenirs,   le   cœur   lourd   de   quitter   l'Arménie   et   mes   amis Arméniens   et   chargée   de   tonnes   de   délicieuses   spécialités   culinaires,   que   je   suis rentrée   en   France.   D'ailleurs   le   retour   est   beaucoup   plus   dur   que   l'arrivée.   Car revenir   d'un   pays   si   pauvre,   après   une   mission   humanitaire   aux   côtés   d'enfants orphelins      à   cause   de   la   guerre   ou   malades   mais   sans   possibilité   de   guérison,   et atterrir   à   Paris,   centre   de   la   consommation,   c'est   effrayant.   J'étais   un   peu   écœurée de   toute   cette   richesse   gaspillée   alors   que   tant   de   gens   pourraient   être   aidés.   Mais maintenant, quand je repense à cet été, c'est avec le sourire
Témoignages: 1 Gayané
L’association des Français d’origine arménienne et de leurs amis dans le grand Ouest de la Bretagne aux pays de Loire
MZA V11.1
©menezarat.fr