Témoignages: 2 Erwan Les Arméniens au Liban et en Syrie : des communautés entre mémoire et vitalité par Erwan Kérivel (*) Dans   le   cadre   d'un   séjour   de   volontariat   humanitaire   au   Liban,   j’ai   pu   me   rendre   compte   de   la   vitalité   des   commu - nautés   arméniennes.   C'est   le   témoignage que   je   voudrais   apporter   ici.   Bien   que   n'étant   pas   arménien,   j'estime   que   le   combat   du   peuple   arménien   pour   la   reconnaissance   du   génocide   dont   il   a   été victime   doit   être   le   combat   de   tous.   Ce   petit   article   se   veut   être   ma   modeste   contribution   à   ce   combat   en   disant   :   la   mémoire   ne   s'éteint   pas,   les   Arméniens sont vivants. Bourj Hammoud : une ville arménienne à l’est de Beyrouth Trois   fois   déjà   que   je   séjourne   au   Liban   et   à   chaque   voyage   c'est   avec   impatience   que   je   retrouve   les   rues   de   Bourj   Hammoud.   Je   ne   saurais   expliquer   quel sentiment   exact   m'habite   dès   que   je   traverse   le   petit   pont   au-dessus   du   Nahr   Beyrouth   qui   marque   l'entrée   de   cette   «petite   Arménie»   constituée   des quartiers Est de la capitale libanaise. Quelque chose comme de la sérénité et de la complicité, un sentiment de « retour à la maison ». Bourj   Hammoud   a   été   relativement   épargné   par   la   terrible   guerre   civile   qui   a   secoué   le   Liban,   c’est   pourquoi   on   peut   avec   plaisir   se   perdre   dans   une multitude   de   ruelles   aux   maisons   et   bâtiments   levantins   préservés   des   bombar - dements.   Ce   qui   frappe   d’abord   c’est   l’omniprésence   de   la   langue   arménienne. Non   pas   qu’elle   soit   la   seule   langue   parlée   ici,   j’ai   aussi   entendu   parler   arabe   et   turc,   mais   parce   qu’elle   étale   ses   caractères   sur   la   plupart   des   commerces, sur   les   étals   de   journaux,   les   plaques   nominatives   des   médecins   et   autres   professions   libérales,   les   affiches   du   Parti   Dachnag,   les   enseignes   scolaires   et religieuses, les petites annonces, recherches ou offres d’emploi collées à même les murs. .   Les   jeunes   gens   qui   sortent   des   écoles   en   uniformes   parlent   arménien,   les   anciens   jouant   au   tavloo    ou   égrainant   leur   nbeh    parlent   arménien.   les   jeunes femmes faisant leur shopping parlent arménien, les épiciers qui sortent leurs bocaux de légumes au vinaigre parlent arménien. J ’ai   ressenti   cet   usage   de   la   langue   arménienne   comme   un   devoir   de   résistance,   la   volonté   de   dire   «vous   voyez   ils   n’ont   pas   pu   nous   anéantir   complètement» comme   me   l’a   expliqué   le   docteur   Sebouh   Manjian,   lorsque   après   m’avoir   soigne   une   dent   malade,   nous   nous   sommes   lancés   dans   une   grande   discussion   sur   le génocide en buvant le café dans son cabinet dentaire. Le   génocide   et   la   mémoire   sont   omniprésents   en   ce   mois   d'avril   2005.   Le   «metz   yeghérn*   est   dans   chaque   esprit,   chaque   cour.   Une   banderole   immense   a   été instal - lée   au   rond-point   de   Dora   en   arménien   et   en   anglais   pour   le   90 e    anniversaire   du   24   avril.   De   très   nombreux   petits   immeubles   arborent   le   drapeau   arménien   ou celui   du   parti   Dachnag.   les   commerçants   ont   apposé   sur   leurs   vitrines   des   affiches   commémoratives   ou   le   petit   autocollant   «   Keep   it   clean   »   de   l’Association étudiante   A.R.F   Zavarian   où   est   représentée   une   poubelle   avec   le   mot   «türkiye».   Moins   ostensibles   mais   tout   aussi   révélateurs   de   cette   mémoire   des   réfugiés   de Cilicie,   les   noms   de   cer - taines   petites   épiceries   comme   la   «Yeni   Marach   »   (Nou - velle   Marach)   tenue   par   un   vieux   couple   de   80   ans   où   l’on   trouve   un   des   meilleurs raki. La   culture   de   Bourj   Hammoud,   c’est   aussi   un   mélange   des   traditions   artisanales   arméniennes,   bijoux   en   argent   et   en   or,   tzbeh   en   pierres   rares,   en   ambre   ou   en perles   de   musc   odorantes,   des   spécialités   culinaires   Hasterma,   Kashkaval   et   sujuk,   de   la   musique   des   artistes   locaux   lar - gement   diffusée   au   Liban   et   en   Syrie comme Nune Yes- sayan (ma préférée). Aida Sarkissian, Sarko Berberian ou Paul Baghdadlian. Mais   c'est   aussi   la   vitalité   de   l’édition   arménienne   du   Liban   comme   la   Maison   d’édition   Chirak,   les   centres   cul - turels,   les   bibliothèques   et   librairies.   A   ce   titre   je   ne peux   que   conseiller   l'excellent   «   J’apprends   l’arménien   »   de   Levon   Torossian   qui   m’a   permis   d’apprendre   rapidement   quelques   expressions   utiles.   Tant   de   sourires inoubliables après un « menakpamv » ou un « paregam ». En   tant   que   français   on   est   rapidement   questionné   sur   le   quartier,   la   culture,   la   vie   des   Arméniens   de   France,   la   reconnaissance   du   génocide.   Prévenance   et gentillesse   sont   prodiguées   simplement,   discrètement   comme   monsieur   Garbis   qui   me   passe   le   même   disque   de   Charles   Aznavour   à   chaque   fois   que   je   vais manger   son   succulent   (jundou   dans   son   restaurant   Badarig.   Je   comprends   cet   attachement   au   rôle   de   la   France   dans   l’accueil   au   Liban   des   rescapés   du   Génocide mais   c'est   délicat   pour   moi   qui   n'ai   jamais   été   particulièrement   «fier»   d'être   français.   Disons   que   pour   une   fois   j'éprouve   de   la   fierté   si   dans   l’esprit   des   arméniens   de Bourj Mammoud «français» signifie « à nos côtés». La   vitalité   de   la   culture   arménienne   au   Liban   est   rendue   possible   par   le   communautarisme   qui   est   la   base   de   ce   pays   depuis   le   Mandat   Français.   Ainsi,   les Arméniens   se   sentent   Arméniens   avant   d'être   Libanais.   En   somme   l’anti - thèse   de   la   France   où   l’assimilation   est   la   règle   concernant   l'immigration.   Cependant,   le communautarisme a aussi son revers de la médaille puisque les solidarités commu - nautaires et religieuses remplacent l’Etat inexistant. Ces   racines,   cette   culture   arménienne   vivante   sont   ainsi   victimes   de   l’émigration   de   nombreux   jeunes   gens   vers   l'étranger.   Cela   est   dû   à   la   grave   crise   économique que   connaît   le   Liban   et   à   l'instabilité   politique   de   la   région:l'incertitude   de   l’avenir   et   lu   montée   des   tensions   commu - nautaires   ont   poussé   de   nombreux   arméniens   à quitter   le   pays.   Les   autorités   religieuses   arméniennes   d’Antélias   estiment   le   nombre   d’Arméniens   au   Liban   à   120   000   aujourd'hui.   Comment   préserver   cet   héritage culturel   quand   une   partie   de   la   jeunesse.   donc   de   l’avenir   est   obli - gée   de   partir   pour   vivre   mieux,   c’est   la   question   aujour - d'hui   posée   aux   responsables   politiques   de la communauté arménienne du Liban. De    Kassab    à    Alep    des    Arméniens    citoyens    syriens120    à    150    000    Arméniens    vivent    en    Syrie. Contrairement   au   Liban,   le   communautarisme   n'existe   pas   dans   ce   pays   dirigé   par   le   Parti   Baas.   les Arméniens   que   j'y   ai   rencontrés   se   considèrent   comme   des   citoyens   syriens   d'origine   arménienne.   Alep est   la   ville   de   Syrie   où   les   Arméniens   sont   les   plus   nombreux,   d'autres   villes   telles   Lattakieh   ont   une communauté    arménienne    importante.    Les   Arméniens    d'Alep    comme    ceux    de    Deir    es-Zor    sont    les rescapés et descendants des déportations et massacres qui ont eu lieu dans ces deux villes. Je   n’ai   pas   pu   me   rendre   à   Deir   es   Zor,   fortement   déconseillé   du   fait   de   sa   proximité   avec   la   frontiére irakienne. Par   contre,   j’ai   pu   mesurer   à   Alep   combien   la      présence   des   Arméniens   était   forte.   Le   quartier   de   Jdeïde est   le   centre   de   cette   présence   arménienne.   Dans   ce   quartier   figure   l’église   arménienne   apostolique   qui   est un   haut   lieu   du   souvenir   pour   le   peuple   arménien.   Une   plaque   y   rappelle   le   génoci - de   arménien   au   cœur de   la   cour   de   l'église   dans   laquelle   on   ne   peut   pénétrer   la   gorge   serrée.   Au   pied   des   icônes,   de   petites silhouettes   humaines   en   papier   et   métal   découpées   sont   posées   que   j'imagine   comme   autant   d’êtres   chers disparus à qui on adresse des prières. Dans    les    ruelles    adjacentes,    de    vieilles    et    riches    demeures    abritent    des    institutions    religieuses    et    des    écoles arméniennes   comme   la   beit   Gha/alé.   J'ai   d'ailleurs   croisé   de   petits   écoliers   en   uniformes   des   pionniers   et   leurs enseignants   parlant   arménien   à   qui   j’ai   adressé   un   bruyant   «Porev»    provoquant   la   surprise   et   l’hilarité   générale.   J’y   ai vu   aussi   des   groupes   d'adolescents   de   la   diaspora   arménienne   en   vacances   studieuses,   venant   des   USA   ou   de   France. Malgré   quelques   enseignes   en   langue   arménien - ne,   la   présence   d'une   si   forte   communauté   ne   saute   pas   aux   yeux.   Est- ce   le   modèle   d’assimilation   à   la   nation   syrienne   qui   en   est   la   cause?   En   tout   cas   je   m’attendais   à   une   marque   plus évidente   de   la   présence   de   plus   de   l(X)000 Arméniens   dans   une   ville   qui   compte   quasiment   autant   d'Arméniens   que tout le Liban réuni. A Lattakieh. j’ai sympathisé avec M. Nazarian qui me conseilla « d’aller dans la montagne » à Kassab. Ce   fut   une   découverte   pour   moi   que   d'apprendre   l'existence   d'une   population   arménienne   depuis   800   ans   à   la frontière syro-turque. Kassab   est   un   lieu   magique   où   la   beauté   du   paysage   rivalise   avec   la   gentillesse   des   habitants.   Les   montagnes couvertes   de   forêts   viennent   s’y   jeter   dans   la   Méditerra née.   les   vergers   de   pommiers   et   les   sources   d’eau   pure semblent   sortis   d'un   mystérieux   Eden,   que   seuls   les   armé niens   auraient   découvert.   Des   vieillards   sans   âge   atten - dent devant   leurs   portes   avec   à   leurs   pieds   un   cageot   de   pommes,   aspirant   une   bouffée   de   cigarette   ou   savourant   un   café   : c’est   l’image   émue   que   je   retiens   de   Kassab.   Les   jeunes   habitants   veulent   aujourd'hui   conserver   leur   patrimoine   en œuvrant   pour   la   création   d’un   petit   musée   de   culture   populaire.   Ils   rassemblent   objets   usuels,   outils   agraires   et   autres en vue de ce projet. Devant   la   beauté   déconcertante   de   la   Méditerranée   entre   les   casemates   syriennes   et   turques   distantes   de   quelques centaines   de   mètres   de   sable   j’ai   eu   à   l’esprit   ces   vers   de   Nazim   Hikmet   :   Les   Lampes   de   l'épicier   Kcirabet   sont   allu - mées Le citoyen arménien n'a jamais pardonné Que l’on ait égorgé son père Sur la montagne kurde Mais il t'aime Parce que toi non plus tu n 'as pas pardonné A ceux qui ont marqué de cette tâche noire Le front du peuple turc. (*) Erwan Kérivel est responsable de l’Association «Les Amis de la Fondation Culturelle Ghassan Kanafani» qui promeut des projets culturels et éducatifs dans les camps de réfugiés palestiniens au Liban. Erwan KERIVEL est l'auteur, aux éditions SIGEST (J. V. Sirapian), d'un ouvrage, paru en 2011, intitulé « La vérité est dans l'homme, Les Alévis de Turquie ». Cet ouvrage, fruit de 10 ans de recherches, est une description historique, philosophique et sociologique de cette communauté réprimée par l'Etat turc. il prépare un autre ouvrage sur les liens entre Alévis et Arméniens qui vont au delà de la répression turque...
L’association des Français d’origine arménienne et de leurs amis dans le grand Ouest de la Bretagne aux pays de Loire
MZA V11.1
©menezarat.fr