Histoire, par Gérard Bossiére.        1e partie
               La   situation   de   L’Arménie   entre   Europe   et   Asie   se   situe   à   un   carrefour,   il   en   résulte   qu’elle   s’est   trouvée   être   un champs   de   bataille   pour   les   grands   empires   d’Orient   et   d’Occident.   L’Arménie   actuelle   ne   recouvre   qu’à   peine   un dixième   du   territoire   que   les   arméniens   considèrent   comme   leur   territoire   national   historique.   Il   résulte   d’une   histoire très compliquée de près de 3000 ans difficile à exposer en peu de mots.                   Nous   invitons   donc   le   lecteur   à   se   reporter   par   exemple   à   l’ouvrage   de   C.   Mouradian,   (1995),   L’Arménie.   PUF, collection   Que   sais-je      ou   Histoire des    Arméniens    sous    la    direction de    G.    Dedeyan,    Ed.    Privat1992, seules     les     grandes     lignes     sont données    ici.    De    l’Antiquité    à    la conquête ottomane                Avant   l’Arménie   9-6   ème   siècle avant     JC     émerge     le     royaume Ourartéen,    ou    royaume    de    Van, qui     va     devenir     une     puissance régionale   dominante,   ensuite   il   va devenir    vassal    de    l’Assyrie,    puis de     l’empire     des     Mèdes     (612), avant        de        disparaître.        Les Arméniens   déjà   présents   depuis   la fin      du      7ème      affirment      leur présence.                   Vers   547   l’Empire   Achéménide (Cyrus)   la   domine,   puis   décline   au 4       ème       siècle,       vaincu       par Alexandre    (331-333).    Par    la    suite les   satrapes   d’Arménie   vont   se   proclamer   indépendants   (dynasties   royales   des   Artaxiades   et   Zariadrides).   La   dynastie artaxiade   atteint   son   apogée   avec   Tigrane   II   le   Grand   (95-55)   qui   constitue   un   Empire,   le   seul   que   les   arméniens   aient   eu, mais il ne dure que 15 ans et la dynastie s’éteint vers 10 après JC. Il n’empêche les arméniens lui sont très attachés !                   Le   royaume   arsacide   (52-428)   se   caractérise   par   une   période   de   co-domination   romano-parthe,   chaque   camp essayant    de    mettre    sur    le    trône    un    souverain    à    sa    convenance.    La    Petite    Arménie    ou    Arménie    Mineure    est    sous l’influence de Rome, la Grande Arménie ou Arménie Majeure sous celle des Parthes.                   La   conversion   de   l’Arménie   au   début   du   4   ème   siècle   (301),   au   christianisme   (église   apostolique),   la   rapproche   du monde   gréco-romain.   Les   controverses   et   les   rivalités   des   sièges   patriarcaux   vont   conduire   l’Arménie   à   refuser   le chalcédonisme orthodoxe et séparer l’Arménie des autres chrétientés du Caucase, avalisée en 609.                   La   dynastie   arsacide   disparaît   en   390   (à   l’ouest),   et   en   428   (à   l’est),   ce   qui   aboutit   à   la   création   de   ce   J.P.   Mahé   (1993) nomme une « Eglise- nation » qui devient la seule institution commune entre les influences des Byzantins et des Perses.                      Au   7   ème   siècle   la   naissance   de   l’Islam   bouleverse   la   situation   politique,   entre   640      et   661   la   domination   arabe   se substitue   à   celle   de   Byzance.   Le   statut   de   l’Arménie,   sous   la   direction   d’un   ichkan   arménien,   lui   permet   la   liberté religieuse   mais   ils   doivent   payer   un   tribut   annuel.   Par   la   suite   une   administration   arabe   se   met   en   place   avec   un gouverneur   arabe.   Des   luttes   interviennent   et   finalement   2   familles   princières   émergent   les   Bagratides,   au   nord   et   les Artzouni   au   sud.   La   première   va   devenir   la   plus   puissante   et   finalement   en   884-885   le   titre   de   «   Roi   d’Arménie   »   est donné à  Achot 1er.                      C’est   le   début   d’une   période   très   brillante,   un   âge   d’or culturel    qui    va    être    interrompu    par    l’expansionnisme    des Byzantins      qui      ont      vaincu,      en      717,      les      arabes      à Constantinople.    Ils    entreprennent    au    milieu    du    9ème    une reconquête   sous   les   «   macédoniens   »,   d’origine   arménienne, pour   reconstituer   «   l’Empire   Romain   Intégral   ».   En   1064   les Seldjoukides   vont   envahir   le   Caucase   et   l’Asie   Mineure   et provoquer la fuite de nombreux arméniens.                   Une   nouvelle   page   de   l’histoire   arménienne   s’ouvre,   les peuples     turcs     vont     envahir,     par     vagues     un     territoire immense.                   Au   12   ème   siècle   les   Bagratides   de   Géorgie   et   l’arrivée   de la    1ère    croisade    permet    la    reprise    de    l’Arménie    du    nord. Mais   les   invasions   des   héritiers   de   Gengis   Khan   (1236)   et surtout de Tamerlan (1386-1405) y mettent fin.                      Les   migrations   vident   progressivement   la   Grande   Arménie   et   c’est   ainsi   que   va   naître,   hors   Arménie,   un   royaume de   Cilicie,   dont   l’aventure   commence   dès   1070,   à   l’aube   de   l’ère   des   croisades.   Les   grandes   heures   du   royaume   seront sous   les   règnes   de   Léon   1er   le   Magnifique   (1198-   1219)   à   Héthoum   1er   (1226-1269).   Mais   1266   les   Mamelouks   (sultans turcs),   d’Egypte   dévastent   la   Cilicie   et   ouvre   la   porte   de   la   fin   du   royaume.   Finalement   en   1375      lorsque   Léon   V   de Lusignan   (mort   à   Paris   en   1393),   est   vaincu   le   Royaume   de   Cilicie   né   avec   les   Croisades   disparaît   avec   elles.   L’Arménie n’a plus de relations avec la chrétienté occidentale.      Domination ottomane                         Le   16ème   siècle   correspond   à   la   disparition   du   dernier   royaume   souverain   et   des   princes   de   Grande   Arménie,   le   jeu d’équilibre   Est-Ouest   n’est   plus   possible.   A   la   suite   de   divers   conflits   et   de   domination   chi’ite   puis   sunnite   le   pays   passe finalement    sous    domination    ottomane.    La    Grande    Arménie    est    à    feu    et    à    sang,    en    1605,    50    000    arméniens    du Nakhitchevan   sont   déportés   par   Chah   Abbas   1er   et   réinstallés   près   d’Ispahan   (Nouvelle   Djoulfa).      A   ce   sujet   on   peut   lire l’ouvrage de  A. Tokatlian : Kalantars, les seigneurs arméniens dans la Perse Safavide, Geuthner, 2009.                         Cette   période   va   avoir   de   grandes   conséquences   sociologiques,   les   crises   vont   se   succéder.   D’une   façon   générale l’islamisation   et   la   turquisation   des   arméniens   du   plateau   anatolien   va   aller   s’amplifiant,   il   y   aura   des   conversions forcées    ou    opportunistes…    Dans    cette    société    les    non-musulmans    sont    des    dhimmi,    car    «    gens    du    Livre    »,    mais simplement   tolérés.   Jusqu’au   début   du   19ème   3   000   000   d’arméniens   restent   implantés   en   Anatolie   orientale.   Une   société urbaine se développe. La capitale impériale comptera 160 000 arméniens en 1831.                         L’unité   de   la   société arménienne   se   fait   autour   du sentiment   religieux   mais   elle est       divisée       en       plusieurs catholicossats     et     patriarcats. Les     maisons     de     commerce arméniennes    se    développent dès   le   16ème   siècle   le   long   des grandes   routes   commerciales, mais   le   grand   essor   date   du milieu du 17 ème .                      Lorsque   les   ottomans   sont arrêtés   aux   portes   de   Vienne (1699)     la     Russie     est     à     la recherche     de     ses     frontières naturelles.       En       1722       les derniers      représentants      des dynasties         du         Karabagh tentent,   en   vain,   une   insurrection.   Au   début   du   19ème   l’expansion   russe   dans   les   Balkans   et   le   Caucase   va   bouleverser   la région.   Après   30   ans   de   guerres   la   Russie   annexe   l’Arménie   orientale   (1813),   puis   les   régions   de   Kars   et   Ardahan   sont conquises en 1877-78. La frontière avec l’empire ottoman puis la Turquie restera litigieuse jusqu’au 20ème siècle.                      Les   Arméniens   dispersés   dans   la   région,   sujets   persans   et   ottomans,   sont   autorisés   à   s’installer   dans   les   frontières   de l’empire   tsariste.   Les   arméniens   à   peine   20   000   dans   la   province   d’Erévan   en   1827,   seront   700   000   à   la   fin   du   siècle   et   près de   1   800   000   dans   tout   l’empire   russe   à   la   veille   de   la   guerre   de   1914/18.   A   l’inverse   un   chassé   croisé   de   déplacement   de peuples va se produire vers l’Anatolie.
L’association des Français d’origine arménienne et de leurs amis dans le grand Ouest de la Bretagne aux pays de Loire
MZA V11.1
©menezarat.fr