Khatchkars, la foi et la pierre. par Arthur Hadjian
                         Parmi   les   multiples   expressions   d'une   ardente   dévotion   au   christianisme,   la   tradition   des   khatchkars constitue une contribution très originale du peuple arménien à l'art religieux du Moyen Âge.                  "Croix-pierre" ,   sens   littéral   du   mot,   le   khatchkar   est,   en   réalité,   une   stèle   ornée   d'une   croix   sculptée   sur   la   face orientée.   Il   se   situe   dans   la   continuité   des   diverses   formes   de   croyances   antérieures   ancrées   dans   le   roc   du   pays   arménien   : mégalithes   préhistoriques,   vichaps,   stèles   de   l'Ourartou   puis   de   l'Arménie   païenne.   A   l'ère   chrétienne,   ces   stèles   deviennent khatchkars   pour   la   vénération   de   la   Croix.   En   884,   après   trois   siècles   de   domination   arabe,   le   prince   Achot   est   couronné   roi d'Arménie   sous   le   nom   d'Achot   Ier.   Ce   représentant   de   la   lignée   des   Bagratouni   restaure   ainsi   une   souveraineté   abolie   depuis 428   par   la   Perse   sassanide.   Son   règne   se   traduit   par   une   remarquable   renaissance   économique,   culturelle   et   religieuse.   C'est   à cette   époque   que   l’on   situe   l’apparition   des   premiers   khatchkars   datés.   Ils   sont   créés   pour   commémorer   des   évènements importants   :   fondation   d’édifices   religieux   et   publics,   restauration   de   la   paix   etc.   Érigés   comme   pierres   tombales   dans   les cimetières   mais   aussi   en   de   multiples   lieux,   ils   reçoivent,   dans   le   silence,   les   confidences   et   les   espérances   des   fidèles.   Leur protection   est   demandée   aussi   pour   conjurer   le   «   mauvais   œil   »   et   les   influences   maléfiques   qui   menacent   la   famille,   les   animaux ou les récoltes à venir .               La   période   archaïque       Dans   la   période   initiale   archaïque   (photo   1),   du   9ème      au   11ème   siècle,   ce   sont   les   débuts de   l’élaboration   esthétique.   Le   premier   khatchkar   daté   avec   certitude   est   celui   que   fait   élever,   en   879   à   Garni,   Katranidé l'épouse   d'Achot   Bagratouni.   Sa   façade,   plate   et   rectangulaire,   comporte   une   croix   simplement   dessinée   par   un   sillon   profond incisé   dans   la   masse.   Le   khatchkar   de   Tékor   (964)   présente,   par   contre,   une   croix   sculptée   et   saillante   dans   un   cadre   évidé. Parmi   les   formes   anciennes   on   trouve   souvent   une   forme   ovalaire   ou   en   fer   à   cheval.   La   croix   possède   une   longue   branche inférieure   et   des   extrémités   bilobées   (plus   tard   trifurquées).   Elle   idéalise   l'arbre   de   Vie   avec,   en   haut   de   chaque   côté,   des fruits   (grappes   de   raisin,   grenades)   appendus   à   une   tige   née   du   sommet   de   la   branche   supérieure   ;   la   partie   inférieure   comporte une   pyramide,   à   degrés,   des   feuilles   stylisées,   issues   de   la   base   et   remontant   de   chaque   côté   ou   deux   petites   croix   en   symétrie (khatchkar à triple croix). (photo  1)                La   période   classique       Du   11ème   au   14ème   siècle   on   assiste   à   l’évolution   vers   le   modèle   classique   (photo   2):   une dalle   épaisse,   rectangulaire   ou   légèrement   évasée   vers   le   haut.   Fixée   sur   son   socle   par   un   assemblage   à   tenon   et   mortaise   elle atteint   deux   mètres   ou   plus   de   hauteur.   Sa   partie   supérieure   est   ornée   d’une   corniche   ouvragée,   horizontale,   concave   et   en surplomb   au   dessus   de   la   façade.   Typiquement,   celle-ci   comprend,   de   haut   en   bas,   un   cadre   rectangulaire   dans   lequel   est   incluse la   croix   puis,   au   dessous,   le   disque,   source   de   germination.   De   chaque   côté,   les   bordures   du   cadre   comportent   une   série   de motifs,   entrelacés   ou   superposés   ;   dans   le   cadre,   la   croix   prend   son   aspect   définitif   avec   le   symbole   de   la   trinité   à   chacune   de ses   huit   extrémités.   La   surface   qui   entoure   la   croix   et   les   autres   motifs   va   être   comblée   par   de   fins   entrelacs   à   type   de   ruban, de   motifs   végétaux   ou   de   vannerie.   D’importantes   figurations   ornent   parfois   l’ensemble   :   au   niveau   de   la   corniche,   différentes scènes   telles   que   la   Vierge   à   l'enfant,   le   Christ   en   majesté   ou   une   Déisis   ;   tout   en   bas,   au   niveau   du   socle,   l’éventuelle présentation   du   commanditaire.   Certains   chefs-d'œuvre,   d'une   virtuosité   extrême,   reproduisent   dans   la   pierre,   les   motifs traditionnels   de   la   dentelle   à   l'aiguille   (photo   3).   Durant   cette   période   on   trouve,   en   outre,   une   variante   exceptionnelle   où   la croix est remplacée par une scène de dé-crucifixion du "Sauveur de tous" (Amenap'rkitch) (photo 4).                De   nos   jours          Après   avoir   atteint   son   modèle   canonique   le   khatchkar   perdure   au   fil   des   siècles.   En   république d’Arménie   et   en   diaspora,   chacun   d’eux,   unique   par   tradition,   atteste   dans   la   durée   une   présence   arménienne   passée   ou   actuelle. Véritable symbole identitaire, le khatchkar est le veilleur de pierre de la mémoire collective du peuple arménien.
                                                           Note additionnelle 17   novembre   2010   L'Organisation   des   Nations   Unies   pour   l'éducation,   la   science   et   la   culture   (UNESCO)   a   déclaré   les   khatchkars   arméniens comme un patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente. Les      khatchkars   sont   décrits   comme   des   «stèles   taillées   dans   la   pierre   en   plein   air"   par   des   artisans   en   Arménie   et   la   diaspora,   et,   qui   sont utilisés comme points focaux pour le culte, pierres tombales, et des reliques afin de «faciliter la communication entre le profane et le divin." Ces   pierres   sculptées   à   la   main,   sont   d’environ   jusqu'à   1,5   mètres   de   hauteur   avec   une   croix   ornementale   gravée   sur   le   symbole   d'un   soleil   ou   la roue arménienne de l'éternité et généralement accompagnée par des sculptures de saints, d'animaux ou d'autres motifs géométriques. Le   rapport   fournit   un   compte   rendu   détaillé   du   processus   d'élaboration.   Les   «Khatchkars   sont   créés   en   général   avec   la   pierre   et   gravé   à   l'aide   de ciseaux, stylos pointus et des marteaux. Les sculptures sont ensuite broyées à l'aide de sable fin. Le   document   souligne   aussi   le   caractère   national   de   l'artisanat   des   Khatchkars,   qui   est   "transmis   par   les   familles   ou   de   maître   à   apprenti,   de l'enseignement des méthodes traditionnelles et les modèles, tout en encourageant les particularités régionales et  l'improvisation individuelle." Selon   l'application,   chaque   Khatchkar   est   tout   à   fait   unique,   avec   son   propre   modèle   et   le   design.   Il   ya   plus   de   50.000   khatchkars   en   Arménie avec   des   milliers   d'autres   dans   le   monde,   en   diaspora   et   sur   les   territoires   historiques   de   l'Arménie   dans   la   Turquie   actuelle,   l'Azerbaïdjan   et 'Iran. Une   fois   le   Khatchkar      terminé,   une   petite   cérémonie   religieuse   a   lieu   de   consacrer   le   nouvel   édifice   Khatchkar.   Une   fois   béni   et   oint,   le Khatchkar   est   censé   "possèder   des   pouvoirs   sacrés   et   peut   fournir   de   l'aide,   la   protection,   la   victoire,   longue   durée   de   vie,   du   souvenir   et   de médiation vers le salut de l'âme», explique le rapport.
      Photo 1 khatchkar  archaïque à triple croix (Etchmiadzin)                        Photo 2 khatchkar du XIII siécle  (monastére de Kécharis
+ à propos des khatchkars + à propos des khatchkars
Article paru dans Azad magazine, reproduit ici avec l’aimable autorisation de l’auteur A Hadjian
Photo 3: khatchkar “Armenap kitch”                                                                                                       Photo 4 khatchkar dentelle de pierre sculpteur Vahram - 1273                                                                                                                        sculpteur Poghos -1291
L’association des Français d’origine arménienne et de leurs amis dans le grand Ouest de la Bretagne aux pays de Loire
MZA V11.1
©menezarat.fr